Aider à soigner l'alcoolisme

Santé
Publié le 06/03/2017

Une personne qui boit n’est pas forcément alcoolique. Pour en reconnaître un, voici quelques points à considérer.

Vous aimez boire un coup avec vos amis très souvent 

De plus en plus souvent, vos amis vous invitent à venir avec eux à boire un coup. Cela vous ravit. Faites attention !!! La dépendance vous guette, car vous n’attendez que ces moments pour retrouver votre bonne humeur.

Vous tenez de plus en plus à l’alcool 

Le premier verre n’est un mal en soi. Puis vient le 2nd, puis le 3ème et ainsi de suite, sans pouvoir vous arrêter. Votre tolérance à l’alcool augmente et vous avez du mal à contrôler le nombre de vos consommations.

Vous attendez l’heure de l’apéro avec impatience 

Si dès le matin, vous avez hâte qu’arrive l’heure de l’apéro, alors méfiez-vous, vous êtes sur la pente qui mène droit à la dépendance à l’alcool.

Vous n’appréciez pas les fêtes sans alcool

Bah ! Une fête sans alcool n’est pas une fête, c’est ennuyeux à mourir… L’alcool est devenu pour vous un ami inséparable des fêtes. Alors, oui ! Vous êtes un alcoolique.

Autres signes distinctifs d’une dépendance à l’alcool

Dans les soirées ou réunions, vous prétextez votre timidité pour boire un verre d’alcool avant de prendre la parole. Ou encore, vous prétendez qu’un verre ou deux vous fera oublier pour quelques temps votre chagrin. Des prétextes qu’on entend de plus en plus souvent. Puis, arrive le moment, où pour satisfaire ce besoin d’alcool, vous cachez carrément vos bouteilles, pour boire en douce, sans que personne ne le remarque.

Les effets néfastes de l’alcoolisme

L’alcoolisme ne s’installe pas du jour au lendemain chez une personne. C’est sournoisement que l’alcool devient un besoin permanent pour elle. Malheureusement, il ne détériore pas seulement la santé physique et mentale, mais il détruit également l’entourage de l’alcoolique. Le cerveau ne contrôle presque plus rien et l’alcoolique à du mal à pratiquer ses activités au quotidien, et l’irrémédiable peut arriver : perte de travail, divorce, violences envers autrui (femme, enfant, voisin). L’alcool est un mal sournois.