L’ARCE, une aide aux créateurs d’entreprise

Entreprise
Publié le 01/12/2017

Savez-vous qu’en France, les chômeurs inscrits au Pôle Emploi, et qui, pour avoir du travail, créent ou reprennent une entreprise, peuvent jouir d’une aide appelée ARCE ? Sous certaines conditions, évidemment, mais ce n’est pas de l’utopie.

A qui s’adresse l’ARCE ?

L’Aide à la Reprise ou à la Création d’Entreprise ou ARCE s’adresse aux chômeurs qui sont inscrits au Pôle Emploi, en tant que demandeurs d’emploi, et de ce fait indemnisés en tant que tels. Notez cependant que pour en jouir, vous devez renoncer à l’ARE (Aide au Retour à l’Emploi), au moment du démarrage de votre activité, car les deux ne sont pas cumulables.

En quoi consiste l’aide de l’ARCE ?

Cette aide de l’ARCE représente 45% du montant restant de vos allocations à percevoir. La moitié est versée dès le démarrage de votre activité, et la 2nde moitié, après 6 mois, si votre entreprise existe encore. Vous l’avez compris, il constituera votre capital de démarrage et vous servira comme fonds de roulement, jusqu’à ce que votre entreprise fasse des bénéfices pour pouvoir vous rémunérer.

Comment procéder pour obtenir l’ARCE ?

Une fois que vous ayez déclaré la création de votre entreprise, sous 45 jours, adressez une demande au Centre de Formalités des Entreprises (CFE), pour obtenir l’ACCRE ou l’Aide aux Chômeurs Créateurs et Repreneurs d’Entreprise, en remplissant un formulaire. Sous 30 jours, vous recevrez une attestation d’admission au bénéfice de l’ACCRE. Présentez cette attestation au Pôle Emploi, avec le dernier titre de paiement de vos ARE et votre formulaire de demande.

Les avantages liés à l’ARCE

Lorsque vous l’attestation de bénéfice de l’ACCRE, déposez votre dossier complet au Pôle Emploi. Une fois votre dossier accepté, le 1er versement sera effectué par le Pôle Emploi. Sachez qu’avec le bénéfice de l’ARCE, vous pouvez avoir droit à une exonération de cotisations sociales, totale ou dégressive. Elle prend effet au début de votre activité et peut courir sur 3 ans, selon le statut de votre entreprise.